News

  1. A transportable method for the analysis of hycrocarbon pollutants in soils
  2. Job opportunities

    Ph.D. Thesis Offer "Ship emissions and impacts on Urban Air Quality". Contact: Dr. Barbara D'Anna (barbara.danna@univ-amu.fr)

  3. Analysis and formation of Disinfection Byproducts in Drinking Water

    Jean-Luc Boudenne (LCE-TRAME) and Tarek Manasfi (EAWAG, Switzerland) are the editors of the First Edition of the book dedicated to the "Analysis and formation Disinfection of Byproducts in Drinking Water" that will be published in the prestigious Elsevier Serie Comprehensive Analytical Chemistry handbook on April 1st, 2021.

  4. Harmonisation des sources d'aérosols organiques à l'aide d'ensembles de données de 22 ACSM/AMS

    L'aérosol organique (OA) est un composant clé des particules totales submicroniques (PM1), et une connaissance approfondie des sources d'OA à travers l'Europe est cruciale pour atténuer les niveaux de PM1. L'Europe dispose d'une infrastructure de recherche sur la qualité de l'air bien établie à partir de laquelle des ensembles de données d'un an utilisant 21 moniteurs de spéciation chimique d'aérosols (ACSM) et 1 spectromètre de masse d'aérosols (AMS) ont été recueillis au cours de la période 2013-2019. Il comprend 9 sites non urbains et 13 sites urbains.

  5. Faire la lumière sur les aérosols arctiques en hiver : campagne de mesure en Alaska

    La formation des aérosols secondaires (sulfate, nitrate, organiques) dans les conditions froides et sombres de l’Arctique en hiver et au début du printemps est très mal comprise. Le rôle de la dynamique de la couche limite arctique qui piège les particules près de la surface lorsque les conditions sont stables n'est pas clair non plus. Ces lacunes dans nos connaissances nous empêchent de simuler correctement les aérosols de fond qui forment le « Arctic Haze » ou « brume arctique » et ceux produits par les émissions locales telles que la combustion de bois et de combustibles fossiles.

  6. Campagne de grande envergure autour du port de Marseille

    Un navire d'observation, des drones renifleurs, des laboratoires mobiles, des microcapteurs : une campagne d'observations intensive se déroule autour du port de Marseille pour mieux connaître la contribution des navires à la pollution de l'air.

    Dans le cadre du projet européen SCIPPER, une campagne de mesures se déroule du 6 au 9 juillet à bord d'un bateau situé autour du port de Marseille. L'objectif ? Comparer les émissions des oxydes de soufre et d'autres polluants avec la campagne de mesures qui a été réalisée en 2019, avant la mise en place de la nouvelle réglementation.

  7. Episode de pollution par des particules d’origine désertique 6 -7 février 2021 (Atmosud-LCE)

    Le passage d’une masse d’air chargée en particules désertiques en provenance du Sahara a été particulièrement visible samedi 6 février dans le département avec une coloration de l’atmosphère en jaune orangé. Les mesures effectuées en continu sur le super site de Marseille-Longchamp située dans le centre-ville de Marseille ont montré des niveaux de particules PM10 dépassant ponctuellement les 100 µg/m3 avec une moyenne journalière au-delà du seuil réglementaire de 50 µg/m3.

  8. Campagne sur le grand Port Maritime de Marseille - été 2020

    Dans le cadre des projets SCIPPER H2020 et CORTEA/PAREA, le LCE et AtmoSud, en partenariat avec le Grand Port Maritime de Marseille réalisent actuellement une campagne de mesure de la qualité de l'air du 3 au 17 juillet 2020.

    Cette campagne de mesure intensive vise à caractériser en temps réel les polluants gazeux et particulaires présents en zone portuaire sur une échelle de temps très fine, de l'ordre de la minute.

Publications